La chiropraxie

La chiropraxie regroupe une variété de soins manuels visant à préserver, restaurer ou améliorer notre santé.

Contrairement aux médecines conventionnelles, qui font appel à la chirurgie ou à la pharmacologie, la chiropraxie s’inscrit dans une approche non-invasive, qui ne fait appel ni aux médicaments, ni à la chirurgie. Elle repose principalement sur la manipulation de la colonne vertébrale et de la structure du corps.

La colonne vertébrale est essentielle puisqu’elle protège la moelle épinière, et assure la mobilité de la partie supérieure du corps. Elle doit combiner solidité et souplesse, c’est donc une structure très complexe, articulée par les vertèbres. En cas de déplacement, ou de dysfonctionnement de ces articulations, les nerfs de la colonne vertébrale sont affectés. Les chiropraticiens s’attachent donc à leur rendre leur position initiale, en pratiquant des soins manuels. C’est ce qu’on appelle en chiropraxie un « ajustement » vertébral.

Le terme « chiropraxie » (ou « chiropractie ») est formé sur les mots grecs cheir, la main et praxis, l’action. Il s’agit simplement de faire avec les mains. Les chiropraticiens sont des professionnels diplômés, compétents pour établir un diagnostique, dispenser les soins appropriés, ou rediriger les patients vers les bons spécialistes. Voilà pourquoi ils questionnent toujours leurs patients sur deux points : Que puis-je faire pour vous, mais aussi, avez-vous d’autres besoins qui dépassent mes compétences ?

La technique d’ajustement vertébral nécessite des visites régulières chez le chiropraticien. D’ailleurs, la plupart des personnes ayant recours à la chiropraxie sont des patients réguliers, qui consultent en cas de douleurs plus ou moins fortes, et parfois chroniques, comme les douleurs lombaires ou articulaires, les maux de tête, ou le syndrome du canal carpien. Mais la chiropraxie traite aussi efficacement les tendinites, les entorses, et des affections qui ne sont liées ni aux muscles, ni au squelette, comme les allergies, l’asthme et les troubles digestifs. Certains chiropraticiens se spécialisent dans l’orthopédie, la médecine du sport, la neurologie, la pédiatrie ou la nutrition, par exemple.

En effet, la chiropraxie se concentre sur les soins manuels de la colonne vertébrale, et a construit sa réputation sur sa capacité à soulager cette partie de l’anatomie souvent douloureuse, mais elle ne se limite pas à cela. En réalité, la chiropraxie agit sur la colonne et sur le système nerveux, parce que tous deux sont d’une importance capitale pour notre santé, dans le but d’améliorer l’état de santé global, et non pas seulement pour soulager le mal de dos.

Le premier principe de la chiropraxie est que le corps cherche naturellement l’équilibre entre les différents systèmes de l’organisme, car ces systèmes sont interdépendants, ils fonctionnent ensemble. Et le second principe est qu’un bon fonctionnement n’est possible qu’autour d’une bonne structure. Si une structure souffre d’un déséquilibre, causé par une blessure ou par le stress, ses fonctions en sont affectées.

Par exemple, lorsque la colonne vertébrale n’est pas bien en place, ses nerfs deviennent douloureux, et peuvent affecter les tissus avec lesquels ils interagissent. Cet effet boule de neige est au centre des préoccupations de la chiropraxie : soulager la douleur, à la racine, dans un but curatif et préventif. Voilà pourquoi la chiropraxie concentre ses efforts sur la colonne vertébrale et les tissus qui l’entourent, pour garantir le bon fonctionnement de toutes les fonctions vitales.