La médecine ayurvédique


origines :

Ayurvéda ( आयुर्वेद ) signifie en sanskrit « connaissances pour une longue vie ». La médecine ayurvédique est un système holistique de médecine traditionnelle apparue en Inde au cours de la période védique. Elle est aujourd’hui considérée comme une forme de médecine alternative.

Dans la mythologie hindou, le créateur de la médecine ayurvédique était Dhanvantari, le médecin des dieux. C’est d’abord dans la tradition orale, au travers de chants et prières en vers, qu’ont été formulées les bases de soins médicinaux. C’est pourquoi on les rattache aux dieux. Les premiers écrits témoignant de l’activité ayurvédique remontent à environ 500 ans avant notre ère : le  Suśruta Saṃhitā et le  Charaka Saṃhitā sont les encyclopédies de médecine qui posent les fondements de l’Ayurveda. Au fil des siècles, nombre de préparations médicinales, de techniques de massage ou soin ou produits de massage et de nouveaux procédés chirurgicaux ont été mis au point par les thérapeutes ayurvédiques, capables de traiter différentes affections.

principes fondamentaux :

L’Ayurvéda repose sur la théorie des cinq éléments qui composent l’univers – l’Eau, la Terre, le Feu, l’Air et l’Éther – et sont présents dans le corps humain. La Terre est l’élément stable, dans le corps : les os, les cellules et les tissus ; l’Eau se retrouve dans les fluides comme la lymphe et le sang ; le Feu est sans substance, c’est à la fois l’énergie et les pensées ; l’Air voyage par les poumons, et l’Ether est la distance qui sépare la matière.

Les saptadhatu sont les sept tissus organiques vitaux : la lymphe, le sang, les muscles, la graisse, les os, la moelle, et les « produits subtils » (sperme, ovule, force immunitaire).

Les écrits ayurvédiques ont élaboré de précieux conseils pour préserver la santé et l’équilibre à chaque étape de la vie, notamment entre trois énergies élémentaires appelées doshas : vata (le mouvement), pittha (la transformation) et kapha (la structure). Lorsqu’elles sont présentes en quantités égales dans l’organisme, le corps est en bonne santé.

On retrouve deux théories sur ce point : l’une considère que la combinaison des doshas est unique pour chaque être, et définit la personnalité ; l’autre estime qu’un tempérament égal est lié à une bonne santé, et une personnalité trop marquée n’est donc ni saine ni naturelle.

La médecine ayurvédique se divise en huit spécialités :

1 – la médecine interne

2- la pédiatrie

3- la chirurgie

4- l’oto-rhino-laryngologie et l’ophtalmologie

5- la psychiatrie

6- la toxicologie

7- la médecine préventive, l’immunologie et la gériatrie

8- les aphrodisiaques et la fertilité

Très tôt, la médecine ayurvédique a eu recours à la chirurgie et à des instruments chirurgicaux. Mais elle se concentre surtout sur une bonne digestion, un bon appétit, une élimination efficace des toxines (exercice du panchakarma), et sur la pratique du yoga et de la méditation et bien sûr du massage pour donner au corps toute sa vitalité.

L’Acupression

Un acupuncteur utilise de fines aiguilles qu’il implante au niveau des différents points d’acupuncture (aussi appelés acupoints ou méridiens) localisés sur tout le corps afin d’en rétablir l’harmonie ainsi que la santé physique et mentale. En revanche, l’acupression est une méthode non intrusive et qui n’utilise pas d’aiguilles. C’est une technique qui passe également par la stimulation des mêmes méridiens ; cependant, ceux-ci sont stimulés au toucher.

Une séance d’acupression dure environ une heure et coûte à partir de 40 € le traitement. Une seule séance n’est habituellement pas suffisante pour débloquer totalement un méridien, un ensemble de séances est donc normalement conseillé – selon le niveau de la condition physique.

L’acupression est utilisée comme un moyen de relaxer le corps et l’esprit, d’accroître la circulation sanguine, de calmer le stress, les douleurs musculaires et les maux de tête, de stimuler l’énergie d’ensemble, et d’aider le corps à rejeter les toxines dangeureuses. L’acupression est ainsi tout à la fois une technique de relaxation utilisée dans les massages et une pratique thérapeutique…

L’origine de l’acupression remonte à 5000 ans dans l’Asie antique où elle était utilisée, à l’instar du massage, pour traiter de nombreux problèmes de santé comme les blessures musculaires et articulaires, les douleurs liés à l’accouchement, la fibromyalgie et l’arthrite. Par exemple, un acupressuriste exerçant une petite pression avec ses doigts, mains ou coudes sur l’abdomen d’un client pense à apaiser une congestion abdominale ou des douleurs menstruelles.

Lors d’une séance d’acupression, le client est invité à s’allonger entièrement habillé sur une table de massage dans un environnement apaisant. Une douce musique de méditation est souvent diffusée en fond afin de vider l’esprit du client et de favoriser la relaxation. L’acupressuriste vient ensuite doucement presser avec ses mains, doigts et coudes les différents acupoints sur l’ensemble du corps pour dégager l’énergie et encourager la circulation sanguine et lymphatique.

La libre circulation du sang et de la lymphe stimulera l’énergie et la guérison. Par exemple, l’acupressuriste peut exercer une pression avec ses mains, coudes, bras ou doigts afin de stimuler le flux énergétique (ou chi) et sanguin à travers tout le corps.

Si vous avez récemment regardé des films d’arts martiaux, vous avez pu voir une autre utilisation de l’acupression – en self-défense. En effet, beaucoup d’arts martiaux orientaux étudient les points méridiens pour mieux affaiblir l’ennemi. Les artistes martiaux sont aussi encouragés à étudier leurs propres points d’acupression afin d’harmoniser leur corps et effectuer des mouvements rapides et fluides pendant un combat.

Tai Chi Relaxation (Re-Cap)

Vidéo massage de Tai Chi Relaxation (Re-Cap), des techniques pratiques pour vous détendre.

Les 18 positions de Tai Chi Relaxation

Le Taï chi chuan se pratique sous la forme d’un enchaînement de mouvements qui sont semblables à une danse, douce, lente et harmonieuse. Ils permettent de détendre à la fois le corps et l’esprit, d’apaiser les émotions et d’équilibrer les énergies qui nous animent.

Partie 1 :

Partie 2 :

Page suivante »